La mort aux trousses

La mort aux trousses

Ce spectacle est donné à titre d'exemple. Scenari est un lieu fictif sans programmation propre.


Roger Thornhill, publiciste célibataire, est pris pour un espion, un certain Kaplan, qu’on cherche à abattre…


James Stewart était pressenti pour jouer Thornhill; mais il se désista, engagé auprès d’un studio, laissant la place à Cary Grant, dont le sex-appeal le rendait parfait pour le rôle. Eva Marie Saint avait joué la petite amie de Brando dans Sur les quais d’Elia Kazan (rôle refusé par Grace Kelly pour La Main au collet). Patrick McGilligan souligne que « la parfaite interprétation de Saint – le chic incarné – résiste à l’épreuve du temps. » Concernant le fil narratif du film, le cinéaste dit à Truffaut au sujet de ce film que c’est son « meilleur MacGuffin, en ce sens qu’il est le plus vide, le plus non existant et le plus absurde ». Jouant comme toujours avec la censure, il parvint à l’insu de tous à glisser le plan final, explicite de l’acte sexuel, le train plongeant dans un sombre tunnel. Enorme succès commercial, Hitchcock en était fier (“Les 39 Marches américain” a-t-il déclaré à Peter Bogdanovich). Enfin, Patrick McGilligan note que le titre North by Northwest tire son origine d’Hamlet, qu’Hitchcock avait appris par cœur chez les jésuites et dont il parsema son œuvre de références. Dans l’acte II, scène 2 de la pièce, Hamlet déclare : « Je ne suis fou que nord-nord-ouest ; quand le vent vient du sud, je sais faire la différence entre une truelle et une scie à main.» Une réussite époustouflante, tout en légèreté, mêlant l’action, la comédie, le suspense et le romantisme.


(North by Northwest, États-Unis, 1959, 2h16, couleur, avec Cary Grant, Eva Marie Saint, James Mason, Jessie Royce Landis, Leo G. Carroll et Martin Landau. Scénario d’Ernest Lehman)


1. Evénements
2. Tarification
3. Paiement